Vous êtes ici

Octalfa 360 Enjeux d'Avenir

e85212

Le FCP Octalfa 360 Enjeux d'avenir est un fonds unique qui repose sur le concept fondamental de l’amélioration des conditions de vie et de l’environnement de l’être humain.

 

Ce fonds a pour objectif de participer majoritairement à l'évolution des marchés actions de sociétés développant des technologies innovantes à fort potentiel dans les secteurs de la santé, de l'environnement, des énergies renouvelables et du développement durable.  

 

3 raisons d'investir dans Octalfa 360 Enjeux d'Avenir

 

  • Une solution d’investissement décorrelée qui permet de diminuer le risque d’un portefeuille dynamique
  • Une source de diversification pour le portefeuille type d’un épargnant européen
  • Un amplificateur de performance dans un portefeuille équilibré ou prudent

 

 

Votre argent sera investi dans des instruments financiers sélectionnés par la société de gestion. Ces instruments connaîtront les évolutions et aléas des marchés d’actions à la hausse comme à la baisse. Au travers des investissements du Fonds, l’investisseur peut être exposé aux principaux risques suivants : › risque de perte en capital, › risque discrétionnaire et d’allocation d’actifs, › risque lié au marché des actions, › risque de concentration, › risque de taux, › risque de crédit, › risque de change.

 

Performances
Performance cumulée du fonds sur la période sélectionnée : Performance cumulée du benchmark sur la période sélectionnée :
VL au 24/05/2017Perf. YTDPerf. 2016Perf. 2015Perf. 2014
Octalfa 360 Enjeux d'Avenir 1430.84€-2.15%-16.88%17.72%1.13%
Benchmark139.04€7.1%-12.17%9.9%12.66%
Caractéristiques

Code ISIN : FR0010733949

Forme juridique : FCP

Date de création : 30/04/2009

Indicateur de référence : 50% MSCI world pharma biotech & life scs. $ div réinvestis, 50% S&P global clean energy € div réinvestis

Horizon de placement : 5 ans

Fréquence de la VL : Quotidienne

Gérant : Véronique CROLARD

Code bloomberg : OCTHGRT FP

Devise de référence : EUR

Cat. Morningstar : Actions secteur autres  - Cat. Europerformance : Div inter

dominante action - Frais de gestion : 2% TTC max p.a.

Commission de surperformance : 10% au-delà de l’indice de réf. majoré de 2,50%, 20% au-delà de l’indice de réf. majoré de 4,50%

Droits d’entrée : 3% max - Droits de sortie : 3% max

 

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.

Echelle de risque
6 / 7
Allocations / Ratios
Données au 24/05/2017


Evolution historique de l'allocation d'actifs

L'illustration ci-dessous permet une compréhension du caractère mobile de notre gestion. La ventilation entre les secteurs des technologies de la santé et de l’environnement pouvant varier opportunément.

 

Répartition par classe d'actifs

La représentation ci-après montre la dernière ventilation connue du fonds entre les principales classes d’actifs ou instruments financiers utilisés par le gérant.

 

Répartition sous-sectorielle

Nous opérons ci-dessous une ventilation des actifs du portefeuille par secteur conformément aux nomenclatures de référence du ou des indices de référence du fonds.

 

Contribution de performance sous-sectorielle

Parce qu’il est indispensable de comprendre l’origine d’une sur ou sous performance, nous mesurons en permanence cette dernière et vous livrons ci-après cet indicateur.

 

Principales lignes

JAZZ PHARMACEUTI7.74
JOHNSON CONTROLS7.15
GlaxoSmithKline PLC7.1
MERCK & CO6.62
Shire PLC6.24

 

 

 

Commentaires de gestion

Ce mois aura été marqué pour le secteur pharmaceutique par l’échec de la remise en cause de l’Obamacare. L'Obamacare survivra donc à Trump pour plusieurs années. Après des débats difficiles et des prises de position parfois radicales sur le prix des médicaments, la montagne Trump n'a finalement même pas accouché d'une souris. Face à l'opposition de près de 32 représentants républicains qui n'auraient pas voté en faveur de la "Trumpcare", Paul Ryan et Donald Trump ont estimé qu'il manquerait 10 à 12 voix pour faire passer leur American Health Care Act en remplacement de l'Obamacare. L'impact de cette dernière reste toujours difficile à quantifier pour l'industrie pharmaceutique. D'un côté ce sont près de 20 millions d'américains supplémentaires qui ont pu bénéficier d'une assurance santé, mais de l'autre la plupart d'entre eux sont assurés via Medicaid qui est synonyme de marges plus faibles sur les médicaments couverts. En outre, reste toujours le "Branded Prescription Drug Fee" de 27 Md$ à payer par l'industrie pharmaceutique entre 2011 et 2020. Au total, cet échec de Trump devrait clore le débat sur le prix des médicaments et permettre au marché de se focaliser sur les innovations en développement ou dont le lancement est à venir. Le marché va pouvoir se concentrer désormais sur les nouvelles sur les produits. Cette période a d’ailleurs été décisive pour Roche (autorisation d’Ocrevus), Sanofi (autorisation de Dupixent) et GSK (générique d’Advair). Ce dernier est désormais rassuré car le générique d’Advair de Mylan a été rejeté par la FDA, à la suite de l’examen du dossier. L’intérêt pour le secteur, et en particulier pour celui des biotechs devrait rester fort car les innovations restent très importantes. Ce secteur reste néanmoins sujet à quelques contraintes, les grandes valeurs doivent aujourd’hui convaincre les marchés en publiant des résultats cohérentes avec les attentes du marché. Enfin, on notera des possibilités de M&A pour les plus petites biotech.

Octalfa perd sur le mois 2% en raison en particulier de la baisse du dollar, impact de -0,7% en mars. Le fonds a été pénalisé par les fortes baisses de Newron pharmaceuticals (prise de bénéfices), Intercept (triplement des pertes), silver spring et aussi Alexion et Amgen. A l’inverse, le fonds a bénéficié de la progression de Innate Pharma, Jazz Pharmaceutical et aussi Veolia. Nous sommes rentrés au cours du mois sur Qiagen, et avons vendu et/ou allégé Shire, Amgen, Johnson Controls et Glaxo. Nous allons poursuivre en avril une diversification un peu plus forte du portefeuille, mais nous devrions bénéficier de la publication positive de certaines entreprises.

Jean-Noël Vieille le 12/04/2017